Haute Valeur Environnementale

En France, la Haute Valeur Environnementale (HVE) est une reconnaissance officielle décernée par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Elle constitue le plus haut des trois niveaux de la certification environnementale des exploitations agricoles.

La certification de troisième niveau atteste du respect, pour l’ensemble de l’exploitation agricole, des seuils de performance environnementale portant sur la biodiversité, la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation et de la ressource en eau, mesurés soit par des indicateurs composites, soit par des indicateurs globaux. C’est une obligation de résultats. L’emploi de la mention “exploitation de haute valeur environnementale” est strictement réservé aux exploitations ayant obtenu cette certification de 3e niveau.

En 2019, et sur la base de nos adhérents actuels au Collectif Nouveaux Champs :

  • 54% des producteurs sont engagés dans la démarche de certification environnementale
  • 25 % sont déjà certifiés HVE.

En 2020, ce chiffre va augmenter considérablement.

Le Collectif Nouveaux Champs a fait le choix d’inscrire la démarche Haute Valeur Environnementale (HVE) dans le socle de la démarche “Zéro Résidu de Pesticides”. Tous les producteurs engagés dans la démarche s’engagent au suivi de l’ensemble des indicateurs de la certification HVE (Option A), étape préalable à la certification HVE.

Voici un exemple des indicateurs suivis issus de HVE :

  • Nombre de producteurs certifiés HVE
  • Surface d’éléments de biodiversité (prairies, jachères, tourbières, fossés, bandes végétalisées, …) parmi la Surface Agricole Utile (SAU)
  • Nombre de mètres de Haies
  • Nombre moyen d’espèces végétales cultivées par chacun des producteurs
  • Nombre moyen d’espèces animales élevées par chacun des producteurs
  • Nombre de ruches totales
  • IFT
  • Somme des surfaces enherbées
  • Utilisation d’outils d’aide à la décision permettant d’ajuster les apports d’azote
  • Superficie totale irrigable et irriguée
  • Volume total d’eau prélevé

Source : agriculture.gouv.fr